Ikebana moderne, des compositions florales naturelles et déstructurées.

Qu’est-ce que l’Ikebana ?

Ikebana se traduit en japonais par « vivre » et « fleurs », littéralement « fleurs vivantes ». L’Ikebana est l’art de faire vivre les fleurs et végétaux à travers une façon réfléchie de les disposer.

L’Ikebana est un art ancestral japonais né de la philosophie bouddhiste au 6e siècle. Au-delà de simples techniques de réalisation de compositions florales, l’Ikebana est un véritable mode de vie, une philosophie permettant à chacun de trouver son propre équilibre intérieur par la contemplation et l’observation de la nature.

Depuis nos débuts au Studio, nous sommes passionnés et intrigués par cet art ancestral ainsi que par les grands maîtres de l’Ikebana. Un apprentissage régulier sur ces techniques, modernes ou anciennes, influence quotidiennement notre travail et se reflète d’autant sur chacune de nos compositions florales.

Des origines jusqu’à l’Ikebana moderne

L’Ikebana est né de l’offrande de fleurs bouddhistes. Chaque offrande était généralement composée de trois fleurs : une grande fleur verticale à droite, aux côtés de deux plus petites à gauche, avec une bougie et un bâton d’encens. Plus tard, l’offrande de fleurs a évolué vers des concours de compositions florales, pour ensuite devenir entre le 14e et 16e siècle cet art à part entière : l’Ikebana. Cet art s’est développé aux côtés de l’art de la cérémonie du thé, l’art du jardin, et le bouddhisme zen.

Petit à petit, aux côtés des offrandes formelles de fleurs, la création de compositions florales pour le seul plaisir esthétique a commencé à se développer.

Depuis lors, nombre d’école d’Ikebana ont vu le jour, chacune disposant de ses propres règles strictes à la réalisation des compositions florales. Chaque branche ou fleur devant être posée dans une (a)symétrie particulière et stricte. Les matériaux utilisés devant être scrupuleusement choisis, toujours naturels. La forme des vases, les couleurs et l’aspect des végétaux étant de première importance.

Les bases de l’Ikebana moderne ont vu le jour au début des années 1900. À partir de cette période, l’Ikebana a évolué vers une philosophie par laquelle la liberté d’expression l’emporte sur les règles classiques, strictes et formelles. Ainsi, l’utilisation de matériaux artificiels en plastique, en métal ou en verre ont pu être utilisés. Il est alors de moins en moins question de suivre des règles strictes mais plutôt, de laisser aller son sens artistique et créatif.

Au fil des siècles, l’Ikebana est devenu un véritable mode de vie par lequel la recherche de la paix intérieure et l’équilibre est la priorité de son créateur lors du processus de création artistique et de création de la composition florale.

Notre amour pour l’Ikebana

L’Ikebana permet de créer des compositions florales esthétiques et harmonieuses avec très peu de matière. Et cela, même si les maîtres d’Ikebana contemporains ont développé la pratique et les enseignements de l’Ikebana vers des mégastructures, avec de grosses quantités de fleurs et végétaux. À l’origine, les compositions sont légères et harmonieuses. Les volumes créés par les fleurs sont aussi importants que les vides laissés par ces dernières. Ainsi, une composition florale pourra contenir très peu de fleurs, voir même, une branche ou une fleur unique.

Les compositions florales effectuées selon l’Ikebana s’apparentent à de véritables sculptures végétales à part entière.

Cette idée est en contradiction totale avec les principes de l’art floral occidental, par lesquels l’accent est généralement mis sur la quantité et la couleur des fleurs de chaque composition florale. Seule importe la beauté de la tête de la fleur : peu d’attention est portée à la tige de la fleur, aux branches, aux feuilles, ni même aux contenants. Contrairement à l’Ikebana, où, chaque élément de la composition florale est d’importance. En Occident, généralement, plus le bouquet est dense et coloré, plus il sera apprécié. Les volumes seront généralement symétriques et peu d’attention sera portée à la forme finale de la composition.

Cette démarche plus artistique de la composition florale nous a particulièrement séduite au studio. Au-delà de l’aspect purement esthétique de la composition florale, nous avons également été séduits par le processus de création florale. En effet, pratiquer de l’Ikebana, c’est également suivre une philosophie de vie par laquelle, à chaque moment de sa vie, une attention particulière est apportée à la contemplation de la nature. La création de la composition florale, durant tout le processus, représente une véritable pause méditative dans nos vies agitées.

L’Ikebana, une philosophie de vie.

En Ikebana, contrairement à l’art floral occidental, le processus de création artistique est aussi important, si pas plus important, que le résultat final. L’Ikebana provoque une réelle interaction entre le créateur et la matière. Tout au long du processus de création, le créateur prendra des temps de pause, de contemplation et de réflexion sur la création de sa composition florale.

Au studio, nous avons été séduits par ce processus de création lent, contemplatif et méditatif. La création de nos compositions florales est pour nous un véritable moment de relaxation.

Ainsi, nous encourageons chaque créateur à prendre le temps de se promener dans la nature : que cela soit dans la forêt ou dans son jardin, pour contempler la nature, l’observer. Pour ainsi voir comment les végétaux poussent vers le ciel, observer les irrégularités, les différentes masses, les couleurs, la façon dont les végétaux et les fleurs évoluent d’une saison à l’autre. L’auteur prendra le temps d’observer.

Après avoir identifié les fleurs et végétaux qu’il considère intéressants à travailler, il pourra alors couper en prenant soin de choisir les tailles qu’il souhaitera travailler une fois de retour au lieu de création. Un soin sera également apporté au nettoyage des végétaux : le créateur décidera s’il souhaite garder les feuilles des fleurs ou plutôt les retirer. Au moment de la création, chaque tige sera posée avec une attention particulière. Le créateur prendra donc quelques moments pour contempler sa création au fur et à mesure de son évolution, l’observer, voir ce qu’il aime et ce qu’il aime moins, modifier, bouger chaque tige, recommencer. À chaque moment de sa vie le créateur prendra le temps de réfléchir à ce qu’il souhaite créer, aux couleurs qu’il souhaite travailler, aux végétaux identifiés comme esthétiques et intéressants. Bref, tout un processus zen, méditatif et de relaxation intense.

les principes et outils de base de l’Ikebana

comprendre la nature

La compréhension de la nature est un principe essentiel en Ikebana. Dans la religion japonaise, le shinto, la nature tient une place de très haute importance. En effet, selon cette religion, toutes les plantes, les fleurs et même les roches ont une âme et un esprit propre. Pour le créateur, il est donc important de comprendre cela pour que ses compositions soient plus belles.

En Ikebana, on essaiera de comprendre la nature, et même de l’imiter. On considère que la nature est une beauté absolue en soi et qu’il faut tirer parti de ses lignes et de ses courbes.

En effet, selon nous, plus une fleur est sauvage, plus elle est irrégulière et plus elle sera belle. Nous prenons un soin particulier à sélectionner les fleurs les plus asymétriques dans nos compositions. Presque systématiquement, des végétaux ou fleurs sauvages y sont ajoutées.

l'harmonie des lignes et des formes

Ainsi, lorsque nous sélectionnons nos végétaux et fleurs, nous prenons le temps d’isoler les tiges les plus courbes pour les mettre en valeur dans nos compositions. Il est rare de voir des fleurs pousser de façon droite et uniforme dans la nature. Si une tige est très droite, nous aurons alors tendance à la couper courte pour préférer mettre en valeur les tiges de fleurs plus sauvages et irrégulières dans nos compositions florales.

En Ikebana, le créateur pourra même tenter d’accentuer ces irrégularités en courbant, coupant, taillant les fleurs qu’il travaille, pour créer des courbes et irrégularités encore plus marquées.

le choix des couleurs

En Ikebanaun, un soin particulier est apporté au choix des couleurs. Le créateur choisira un mélange de couleurs complémentaires ou de la même gamme. Il s’agit selon nous, de la partie la plus difficile du processus de création florale. Il n’est en effet, pas toujours évident de mélanger les couleurs de façon harmonieuse dans une composition florale.

Ainsi, nous encourageons le créateur débutant à ne sélectionner qu’une couleur et à travailler plutôt les volumes et les formes grâce à une seule couleur, voire à une seule variété de fleurs.

l'harmonie des volumes et l'ordonnancement

En Ikebana, l’auteur créera des masses de fleurs ou végétaux, pour créer des volumes denses à certains endroits de sa composition. Souvent, à ces masses denses seront ajoutés des éléments plus aériens et plus légers.

D’une manière générale, tous les styles d’Ikebana s’accordent sur le caractère asymétrique de la composition. L’espace négatif ou vide entourant la matière est aussi important que l’espace occupé par celle-ci.

Les règles strictes des différentes écoles d’Ikebana ont d’ailleurs souvent tendance à avoir pour objectif premier de créer une asymétrie dans les compositions.

Les outils utiles à la pratique de l’Ikebana : le bol et le kenzan

Le kenzan, littéralement “épée de la montagne” en japonais, est un outil indispensable à la pratique de l’Ikebana. Il s’agit d’un outil en métal lourd et orné de piques plus ou moins haut, permettant de fixer des fleurs fraîches ou séchées. Mais également des feuilles, des branches à un contenant, souvent un bol, mais pas que. Grâce au kenzan, les fleurs seront posées d’une façon aérienne et harmonieuse dans votre composition. Chaque fleur, tige, ou branche aura l’air de léviter dans votre composition florale comme par magie.

Au-delà de son aspect pratique, le kenzan permet d’éviter l’utilisation de mousses florales, qui sont très toxique pour son utilisateur et l’environnement. Le caractère élégant et brut de cet objet, permet également de l’utiliser pour des compositions florales très minimalistes en laissant le Kenzan apparent. La composition restera visuellement harmonieuse malgré l’outil apparent.

Le kenzan sera posé dans un bol , un vase ou une assiette. La tige de la fleur ou la fleur sera piquée directement sur le kenzan qui, grâce à son poids, permettra à la fleur ou à la feuille de léviter en l’air comme par magie. De l’eau sera alors versée dans le support pour nourrir la fleur, la feuille ou la branche. Le Kenzan, grâce à sa composition solide, pourra rester sans difficulté plongée dans l’eau plusieurs jours et à répétition. Un outil à utiliser et réutiliser sans limite.

Afin d’apporter les nutriments nécessaires aux fleurs, le kenzan sera posé dans un bol pour pouvoir y verser de l’eau. Si les végétaux utilisés ne nécessitent pas d’apport d’eau, ou si ils peuvent être séchés, le kenzan pourra également être posé directement sur une table ou sur un buffet.

En Ikebana, une attention particulière sera posée sur l’esthétique du support utilisé. Un joli bol en céramique, mais pas que. En effet, il n’est pas rare de voir poser son Kenzan sur une assiette plate ou creuse, ou tout type de support jugé suffisamment esthétique par le créateur pour embellir sa composition florale. Le créateur n’hésitera donc pas à déposer son kenzan sur tout type de support qu’il jugerait utile et intéressant à utiliser.

une initiation à la pratique de l’Ikebana

Le studio organise régulièrement des ateliers d’initiation à l’Ikebana, lors desquels nous vous enseignerons les bases et les techniques d’une composition florale minimaliste et déstructurée réussie. Comment sélectionner ses fleurs, comment sélectionner ses végétaux, quelles fleurs poser en premier, comment couper les tiges des fleurs: plutôt courtes ou plutôt longues ? Vers quelle direction chaque fleur doit-elle être orientée, comment créer une composition harmonieuse et légère, mais tout de même volumineuse sans qu’elle ne paraisse lourde ?

Toutes ses questions seront soulevées lors de nos ateliers.

Cet article a été créé grâce aux enseignements de Mme Isle Beunen, victoria Gaiger et Mr Tom Loxley.